Les Maladies parodontales

Typologie générale
En parodontie, il existe deux grand types de pathologies :

  • les "gingivites" où le parodonte profond n’est pas détruit. Elles peuvent être modifiées par des facteurs médicaux.
  • les "parodontites" où le parodonte profond est détruit. Il s’agit de :
  • Parodontite chronique de l’adulte qui évolue lentement.
  • Parodontites agressives qui évoluent rapidement. Elles peuvent être localisées ou  généralisées


Qu’est ce qu’une perte d’attache ? 
La perte d’attache désigne la destruction de l’os, du cément et du ligament (avec ou sans poche) entre la gencive et la dent.

Les gingivites : elles sont réversibles et facilement guérissables.
Les gingivites ou inflammations des gencives concernent 80 à 95 % de la population. Il s’agit d’inflammations chroniques (de longue durée) de la gencive liées à la présence d’enduits bactériens – appelés "plaque dentaire" -  de nature diverse en contact avec les gencives. Cette inflammation gingivale est largement dépendante de la qualité de l’hygiène dentaire. 
Certains médicaments (traitement de l’hypertension artérielle par ex) peuvent aggraver une gingivite.

Parodontite chronique de l’adulte

Une grande majorité des parodontites sont les parodontites chroniques de l’adulte. Elles s’observent souvent au delà de 35 ans sans qu’il existe de prédisposition génétique dans l’état actuel des connaissances. 
Elles sont peu invalidantes (elles évoluent silencieusement en l’absence de symptômes) et se localisent le plus souvent aux sites présentant du tartre ou des facteurs de rétention (plombage, couronne, amalgame, prothèse, bridge, dent à pivot). 
Ces pertes d’attache localisées, en général peu sévères et à évolution lente, sont à déceler, à évaluer et à traiter. 

Parodontites agressives généralisées

Ces parodontites d’apparition brutale surviennent tôt dans la vie des jeunes adultes. Leur progression très rapide aboutit à des pertes d’attache sévères qui peuvent entraîner des déchaussements définitifs avant 50 ans.
Cette forme particulière représente une minorité des parodontites et se situent le plus souvent entre 26 à 35 ans. Signe distinctif : les pertes d’attache sont généralisées souvent sans présence de caries. Un parodontiste peut en établir le diagnostic à la suite d’un entretien minutieux et d’examens médicaux précis.

Parodontites agressives localisée

Il s’agit d’une affection rare qui touche les adolescents et dont les conséquences sont handicapantes : Perte des dents par exemple. 
Le facteur génétique semble être la principale composante du développement. Il convient donc de consulter en cas d’antécédents familiaux, un test très fiable permet, entre autres procédés, de poser un diagnostic précis.

Evitez un déchaussement fatal

Le/la clinicien(ne) informé(e) des dernières études cliniques,  épidémiologiques, immunologiques, biologiques et microbiologiques possède la thérapeutique pour, en cas de parodontite déclarée, établir un diagnostic précis et vous préconiser le traitement qui stoppe l’infection,  regagne du parodonte et maintient le résultat.